Histoire du Cadastre

RAMEL, MINISTRE DES FINANCES
SOUS LE DIRECTOIRE

 

Dominique-Vincent Ramel, originaire de Montolieu près de Carcassonne, fut député du tiers-état aux États généraux puis à la Constituante ; il fut élu à la Convention. Dans ces deux assemblées, il se spécialisa progressivement dans les questions administratives et financières. Ce fut là une de principales raisons qui lui valut d'être nommé par le Directoire ministre des Finances le 14 février 1796 ; il assuma cette charge pendant trois années et quatre mois jusqu'au 23 juillet 1799, ce qui fait de Ramel un des plus importants ministres des Finances de l'histoire de France.Il est déjà à noter que Gaudin avait été nommé à ce poste ministériel le 3 novembre 1795, venant de la Trésorerie nationale, mais il n'occupa cette charge que cinq jours car il était non acceptant.

Si l'on veut bien mettre entre parenthèse le bref intermède de juillet à novembre 1799, pendant lequel le ministère des Finances fut confié à Robert-Lindet, Ramel apparaît bien comme le véritable prédécesseur de Gaudin, qui fut ministre des Finances de Napoléon Bonaparte pendant toute la période consulaire et impériale (y compris les Cent jours), de novembre 1799 à juin 1815. Cependant Ramel n'est pas seulement le prédécesseur de Gaudin, mais aussi son précurseur.

 

Dominique-Vicent RAMEL
On doit principalement à Ramel :

- la préparation du franc germinal par la suppression de la mauvaise monnaie (assignats et mandats territoriaux) et la stabilisation du cours de la monnaie par la "banqueroute des deux tiers" qui apurait les dettes de l'État. Il faut noter aussi que c'est Ramel qui fixa l'appellation de la monnaie de France au terme de "franc" ;

- l'institution (en 1797) de la comptabilité analytique en partie double et les travaux pour l'institution du cadastre, qui permirent sous le ministère Gaudin les débuts de l'activité des recensements et de la comptabilité nationale ;

- la mise en branle des réformes fiscales poursuivies par Gaudin, avec les travaux pour la réhabilitation des impôts indirects, et l'institution de l'impôt sur les portes et les fenêtres.

 

Vers le haut